BONUS
Entretien avec René Vautier

Entretien avec René Vautier



Autour des chansons du film

Le réalisateur d’AVOIR 20 ANS DANS LES AURÈS cherchait, parmi ses acteurs, un garçon susceptible de chanter les quelques chansons qui devaient émailler le film.
Il le trouva : Yves Branellec, un acteur du "contingent breton"… Ce Brestois de belle stature avait une voix extraordinaire. On fit les chansons autour d'une table : au départ, trois Bretons se prétendant vides d'inspiration, autour de trois bouteiIles de beaujolais, pleines. Au bout de deux heures, trois bouteilles vides - et trois Bretons pleins - d'inspiration.
Et une heure après, les chansons en boite.

Les chansons Mon Lieutenant, La Gueule Soule, Le Pied dans la m…, Avoir 20 ans dans les Aurès, sont interprétées par Yves Branellec.
La première chanson du film, Nous aussi, Nous marchions, est de Pierre Tisserant. Il l'avait écrite… en rentrant de la guerre d'Algérie. Il avait renoncé à la "placer" - la voilà maintenant lancée, et dans un contexte qui lui convient. Elle va au film comme un gant… ou le film lui va comme un gant. C’est au choix !



NOUS AUSSI, NOUS MARCHIONS

C'était un beau pays que je ne nomm'rai pas,
On y passait trente mois ou de vie à trépas
C'était un beau pays près de la Tunisie
Mais à cause des ciseaux de Dame Anastasie
Je ne peux le nommer. Apprenez toutefois
Qu'on y perdait son temps en même temps que la foi
Qu'il y avait du sable, des pitons et des rocs
Et que ça n'était pas non plus loin du Maroc

Nous aussi nous marchions et toujours ventre à terre,
On dit crapahuter en langage militaire
Nous aussi nous marchions profondément humains
Des beaux mots plein la gueule, des fusils plein les mains

Seul 'ment à cette époque, et les temps ont changé
On disait d'un chanteur qu' il était engagé
Quand vêtu d'un treillis et de chaussures à clous
Il était comme nous, dans la merd' jusqu'au cou.
Que faisaient en ce temps les rythmeurs condottiere
Qui crient "Paix au Viet Nam!' à l'abri d'leurs frontières
On n'entendait alors qu'un sinistre silence
Aucune chansonnette pour faire des turbulences

Car eux aussi marchaient, et parfois ventr'à terre,
On dit crapahuter en langage militaire
Oui, eux aussi marchaient, profondément humains,
Des beaux mots plein la gueule, des fusils plein les mains…


LE PIED DANS LA M…

Fous pas ton pied dans cette merde,
C'est une vraie histoire de fous,
Pas ton pied dans cette merde
Ou bien t'y passeras jusqu'au cou !

On t'convoquera dans une vieille caserne,
Tu entreras par la petite poterne,
A c'moment-là, mets ton drapeau en berne,
T'auras déjà l'bâton dans ta giberne,
Fous pas…

On t'offrira une paire de godasses,
De godillots ou bien de pataugas,
Il suffira que ton p'tit doigt y passe,
Tu s'ras déjà un début de bidasse !
Fous pas…

On te collera une veste militaire,
Un bout d'treillis pour cacher ton derrière,
Et derrière toi on claquera la portière,
A c'moment-là, plus de machine arrière,
Fous pas…

On t'apprendra à faire le pantin,
On te mettra un fusil dans les mains,
Et même si tu t'crois le plus malin,
On t'obligera à tuer les copains,
Comme si c'étaient de vulgaires lapins !


BIEN L'BONJOUR…

Bien I'bonjour, mon lieutenant,
Vos petites guéguerres,
Vos petites guéguerres,
Bien l 'bonjour, mon lieutenant,
Vos petites guéguerres
Ont fait leur temps…

L'IndochIne est à Ho ChI Minh,
Au Laos tu l'as eu dans l'os,
La Guinée tu l'as eu dans l'nez,
Côte-d’lvoire tu t'es fait avoir,
A Suez y a Nasser qui t'baise,
Dien Bien Phu lu l'as eu dans l'cul,
Et les Aurès, tu l'as dans les fesses!

Bien l'bonjour, mon lieutenant,
Vos petites guéguerres,
Vos petites guéguerres,
Bien l'bonjour, mon lieutenant,
Vos petites guéguerres
Ont fait leur temps.

AVOIR VINGT ANS DANS LES AURÈS

Avoir vingt ans dans les Aurès,
Ou à Verdun ou au Gabon,
Avoir vingt ans bien loin de Brest,
C'est naturel pour un Breton…

Pleurez pas, M'sieur dame,
Même si l'on pleure aux enterrements.
S'il vivait en Bretagne
Il y crèverait lentement...
Si tu n'as pas l'âme fonctionnaire,
Si tu n'es pas né commerçant,
Si tu n'veux pas être militaire,
Pour ne pas tuer pour de l'argent,
Qu'allais-tu faire en cette vie
Avant que d'être retraité,
Toi qui es né dans cette ville
Moitié béton, moitié armée…